STAIRWAY TO HEAVEN
HIGHWAY TO HELL



 
AccueilAccueil  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Le forum a fermé ses portes, ce 23 Juin 2020.
Merci à vous pour cette aventure et à bientôt !
Le Deal du moment : -45%
TEFAL – Marmite 36 cm – Inox, Tous feux ...
Voir le deal
29.49 €

Partagez

 

A dinner for two. | ft. James Wood

Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité

A dinner for two. | ft. James Wood Empty
A dinner for two. | ft. James Wood ▲ Mer 1 Avr - 23:09



A dinner for two
You told me you needed a perfect guy. That'll make your parents proud. 'Cause you still ain't found him yet. 'Cause we're still missing a round. And now you watch me put in all this work. Just to say it won't work out. You never took me seriously. Now what the hell is that about ?
Il ne saurait dire pourquoi. Il lui était pris l'envie d'inviter son ami James à dîner. Cela n'engageait à rien, un dîner, non ? James avait tellement fait pour lui ces dernières années, qu'il se sentait redevable. Il avait enfin un peu de temps pour ça, un peu de temps pour s'aérer l'esprit du travail et plus que du temps, il en avait besoin. Il allait finir par exploser s'il gardait la tête entre le travail, l'hôpital et ses filles.

Il lui avait envoyé un sms. Il aurait pu l'inviter au restaurant mais Adriel avait envie d'être chez lui, pour une fois. Et avec ses filles c'était surtout plus simple pour lui que les faire garder, convaincu qu'elles seraient plus en sécurité ici. La simplicité, il en voulait dans sa vie, pour une fois. Il avait commandé de quoi dîner, aussi. S'il avait cuisiné quelque chose, le pauvre James aurait fini intoxiqué. En 3 ans, il n'avait toujours pas appris à cuisiner, c'était ses soeurs qui lui cuisinaient quelque chose ou alors il allait chercher de quoi au restaurant.

La maison, c'était quand même assez intime, donc après coup, il se disait que ça n'était peut-être pas l'endroit le plus judicieux qui soit pour un rendez-vous. Et juste après ça, il se disait que le mot "rendez-vous" n'était pas le plus adapté non plus. Comment dire ça ? Une entrevue entre amis pour discuter au calme, pour souffler de leur travail ? Oui, ça semblait mieux, ça sonnait mieux.

Les filles étaient couchées. Elles avaient un peu ronchonnés et pourtant à peine dans leur lits, elles s'étaient endormies. Il avait rangé un peu la maison, mais comme il n'y était que le soir et le matin, très peu de temps, il n'y avait pas grand chose de dérangé hormis quelque jouets. Il attendait donc, il avait au moins pris la peine de se doucher et se changer. Il n'avait pas accueilli d'invité chez lui depuis... Il n'avait même pas envie de savoir. Au début, avec le coma de son épouse, les amis étaient venus nombreux s'assurer que tout irait bien puis quand ils ont vus qu'Adriel gérait les filles, que le coma continuait, il n'était plus aussi attractif. Les gens continuaient leur vies, ils oubliaient, ils passaient à autre chose. Il était donc devenu plutôt solitaire et s'occuper de ses filles l'avait trop occupé de toute façon, lorsqu'il avait un peu de temps libre hors du travail et de l'hôpital. Donc ça fait au moins trois années sans visites, sans invités, il commençait à rouiller un peu. Il espérait donc avoir tout bien préparé. Même si ce n'était que pour... un ami ? Hm. C'était particulier de mettre de mots là-dessus. Peut-être qu'il était préférable de n'en mettre aucun. Il attendait juste, une petite boule au ventre.





Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

A dinner for two. | ft. James Wood Empty
Re: A dinner for two. | ft. James Wood ▲ Ven 10 Avr - 20:26

A DINNER FOR TWOAdriel & James



Est-ce qu'il n'en faisait pas un peu trop... Comme à son habitude évidemment. Il fallait toujours qu'il en fasse trop. Pas pour lui, mais pour les autres. Enfin... Surtout pour lui. Bien qu'ils se voyaient souvent depuis un certain temps, pas pour les meilleurs conditions, qu'ils étaient devenus de très bons amis, James avait été tout de même surpris, mais surtout, plus que ravi de recevoir cette invitation de la part d'Adriel. Mais une part de lui s'en voulait aussi. Aurait-il mieux fait de prendre les devants et l'inviter le premier plutôt que d'attendre que son ami face ce geste ? Les questions idiotes commencent déjà à se frayer un chemin dans sa tête et cette fantastique soirée n'avait pas encore débutée. De quoi rendre le chirurgien complètement fou. Fantastique soirée, oh que oui, il en était vraiment certain, ils s'appréciaient tellement aujourd'hui, qu'il était évident qu'ils allaient passer de merveilleuses heures en compagnie de l'un et de l'autre, rigolade, complicité, ainsi qu'affection allaient tout simplement être aux rendez-vous !

Dès l'instant où le téléphone de James avait sonné dans sa chemise de médecin et que le nom d'Adriel s'était affiché, le blond n'avait pas perdu une seconde pour lire le message. En revanche il lui fallut quelques minutes pour y répondre. Depuis qu'il était devenu chirurgien, James sortait de moins en moins étant donné que ses journées étaient bien remplies et vraiment éprouvante, il rentrait directement chez lui et s'enfermer dans ses draps se laissant bercer par les bras de Morphée. Alors quoi... Qu'allait-il taper sur son clavier ? Évidemment son cœur avait aussitôt crié un grand Oui mais son cerveau lui, préférait s'amuser à lui mettre des barrières. Était-ce une bonne idée ? Et si finalement il ne s'y connaissait plus en sorti, en dîné entre ami. Il déglutit. Mais qu'est-ce qu'il lui arrivait, que craignait-il ? James se donna une petite gifle intérieur, il s'agissait d'une invitation de son ami Adriel, pas du président de la république. Il finit alors par accepter l'invitation avec peut être un peu trop d'excitation, il expliqua même qu'il se chargerait de ramener une excellente bouteille de vin.

La journée fut assez pénible, mais James n'arrivait pas à faire disparaître son sourire. Plusieurs patients lui avaient fait cette remarque. Ce devait être nerveux... Était il nerveux ? Oui, plus que jamais, et pourtant il était médecin chirurgien, il devrait connaître cela, mais il faut croire que non. Son métier il l'avait dans le sang, en revanche, la relation avec Adriel c'était tout autre chose. Lorsque enfin il prit la route pour rentrer chez lui, il se questionnait sur sa tenue, la bouteille qu'il amènerait, le genre de discussion qu'ils auront.... Il en faisait trop. Du moins son cerveau en faisait trop ! James décida alors de le passer en mode off. Il côtoyait des gens tous les jours, il connaissait Adriel, ils se sont vus des tonnes et des tonnes de fois, il n'y a là aucune raison d'être angoissé, et puis, il y a ses enfants aussi. Quoique... Connaissant son ami, il a du les mettre au lit. James avait beaucoup d'admiration pour le côté paternelle de Adriel. Lui, il n'y connaissait pas grand chose.

Finalement prêt et dans une tenue adéquat, bouteille de vin à la main, James était devant la porte d'entrée. Il finit alors par frapper attendant qu'on vienne à lui ouvrir la porte. Lorsque celle ci vint s'ouvrir laissant apparaître le visage de Adriel, James lui présenta la bouteille avant de venir lui déposer une tape dans l'épaule. « Constellation Brands Baron Philippe de Rothschild 1986, Napa » Est-ce qu'il venait de ramener un Vin de 500 dollars ? Il en faisait vraiment trop.

(c) plùm
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

A dinner for two. | ft. James Wood Empty
Re: A dinner for two. | ft. James Wood ▲ Ven 8 Mai - 22:46



A dinner for two
You told me you needed a perfect guy. That'll make your parents proud. 'Cause you still ain't found him yet. 'Cause we're still missing a round. And now you watch me put in all this work. Just to say it won't work out. You never took me seriously. Now what the hell is that about ?
Cela n'était, sur le papier, jamais qu'un dîner. Pourtant, il avait cet étrange sentiment de culpabilité. De se dire qu'il ne devrait pas, qu'il devrait peut-être trouver un prétexte pour annuler. Mais il était adulte, il devait assumer, surtout que dans le fond, il savait que ça lui ferait beaucoup de bien pour se sortir un peu la tête hors de l'eau. La présence de James était rassurante, ils passaient toujours de très bons moments ensemble. Il avait beau mettre tous ses efforts dans le fait de se rassurer, il n'y parvenait pas, toujours cette culpabilité qui subsistait, qui le poussait à croire qu'il faisait quelque chose de mal. Peut-être car il commençait à réaliser qu'il délaissait Melissa pour quelqu'un d'autre, qu'il commençait à éprouver des choses au delà de l'amitié. Le nier n'aurait servi à rien, c'était donc naturel à partir de là de ressentir cette culpabilité. Ceci dit, ce n'était pas parce qu'il ressentait certaines choses que cela devait forcément avoir lieu. Il prenait sur lui, il avait toutes ces pensées qui lui tournaient en tête.

Tout était prêt, largement, avant qu'il entende finalement James arriver. Il était pris au dépourvu en ouvrant la porte, notamment par la répartie de James qui le déridait aussitôt. James avait ce talent, de pouvoir le faire sourire, voir rire et lui faire oublier un peu les tracas quotidien. C'était peut-être son aura, il ne savait pas mais avec James, il pouvait mettre de côté certaines pensées aussitôt, ce qui pouvait faire du bien aussi pour souffler. Comme quoi, cette soirée ne pouvait qu'être positive. Il n'était donc pas venu les mains vides, il est vrai, convenance oblige, même s'il n'était pas forcément d'accord pour suivre ce genre de règles, pour pousser le vice, c'était même Melissa qui pensait à ces choses-là pour lui, avant, car il n'y pensait jamais.

Il se reculait donc pour le laisser entrer, après lui avoir rendu son geste, qu'il trouvait, de sa part, presque maladroit. Comme si ce n'était pas le geste le plus approprié, qu'il aurait peut-être pu faire autre chose, sans pour autant savoir quoi, ni même chercher puisqu'il fermait la porte derrière lui.

Je n'ai aucune idée de ce que ça peut vouloir dire mais ça me paraît être un nom bien compliqué, donc j'imagine que ça ne doit pas être mauvais.

Il en riait d'ailleurs, tendant la main pour prendre sa veste, histoire de le laisser plus à l'aise, à moins qu'il préfère la mettre lui-même sur le porte-veste à l'entrée. Adriel était un homme simple, qui venait d'une famille très peu aisée, c'était assez récent qu'il puisse avoir la tête hors de l'eau, depuis qu'il était shérif, à peine, il pouvait rembourser les crédits et compagnie, pour autant il restait un homme simple qui n'avait pas appris, encore, à vivre avec les moyens qu'il avait.

Pourquoi se mettait-il autant la pression ? Il ne savait pas. Il se mettait la pression pour tout et n'importe quoi ce soir, il n'avait plus l'habitude de recevoir mais en même temps, ce n'était pas une réception habituelle, il y avait quelque chose d'atypique à ce rendez-vous, il ne pouvait pas le nier plus longtemps.

Mets toi à l'aise, fais comme chez toi. Je te sers quelque chose ?

Il se rendait au bar, proche du salon et proche de la cuisine, excentricité de sa femme qui ne voulait pas mélanger bar et comptoir et qui s'était dit que ça pourrait être utile pour les soirées. Il en oubliait, dans l'instant et la pression du moment, de lui proposer pour la bouteille qu'il avait amené. Hm. Il faudrait penser à souffler.




Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

A dinner for two. | ft. James Wood Empty
Re: A dinner for two. | ft. James Wood ▲ Ven 22 Mai - 23:45

A DINNER FOR TWOAdriel & James



Il y avait vraiment quelque chose qui clochait, mais quoi ? Qu'est-ce qui pouvait bien ne pas aller dans cette situation ? James était heureux, trop même. Et ce à chaque fois qu'il avait le plaisir de voir le visage d'Adriel devant ses yeux. Pourtant, alors qu'ils avaient suivis pendant des années la même classe, jamais il n'y avait eu pareil connexion entre eux. Ça n'était pas normal, jamais les choses auraient du se passer de cette manière... Mais c'était trop tard. Du moins pour James ; impossible de faire demi tour, d'essayer de revenir en arrière et de ne pas lui venir en aide. Il ne se passait d'ailleurs, pas une seule journée sans qu'il n'est pas à se poser cette question : N'aurait-il pas mieux fait ce jour là, de s'occuper de lui comme un vulgaire patient et de ne pas se mêler autant de ce qui ne le regardait pas ? Il aurait dû, c'est ce que tout médecin ce doit de faire auprès de leurs malades, mais dès l'instant où James avait croiser son regard, il savait qu'il n'était pas juste un patient. Il n'y avait qu'à voir où tout cela les avait finalement mené : un dîner. Même si James ne voulait pas se l'admettre, il était inquiet. Le sentiment qui l'avait poussé à accepter, il n'avait rien d'amical et rien que de devoir se l'admettre à lui même, cela avait le don de lui tordre l'estomac.

Ajustant une dernière fois sa tenue il essayait tant bien que mal de paraître le plus naturel possible. Mais dès lors que Adriel vint ouvrir, James n'avait plus besoin de faire quoi que ce soit, tout semblait si naturel, sa façon de faire, de réagir, de sourire... D'être, tout simplement. Face à lui c'était comme s'enlever une épine du pied, tout redevait possible. Mais d'où sortait cette tape qu'il venait de lui donner en présentant le nom d'une bouteille que son ami ne semblait pas du tout connaître Complètement ridicule, il s'était empressé de passer à autre chose en souriant chaleureusement et en venant constater depuis le pas de la porte qu'une succulente odeur se faufilait vers ses narines. « Ça sent drôlement bon, il fallait pas en faire autant ! » dit-il en franchissant la porte. James prit le temps d'examiner les lieux qu'il connaissait assez bien, vu le nombre de fois qu'il était venu soutenir Adriel. Mais ce soir, il avait vraiment l'impression d'être dans un tout autre espace, est-ce que c'était parce que ses enfants n'étaient pas présent et prêt à l'accueillir ? James enleva sa veste et la donna avec délicatesse à son hôte. Il était vraiment impressionné, c'était vraiment un homme qu'il admirait sincèrement, et puis, le voir prendre soin de lui de cette façon, avait presque le don de le faire fondre.

Les mains dans les poches il avançait timidement vers le séjour. Il fallait vraiment qu'il se détente sinon Adriel allait finir par remarquer son anxiété et là, ça n'allait faire qu'empirer la situation. Chose que James ne souhaitait pas, son ami était marié. Bien que sa compagne était depuis un certain temps dans le coma, il se devait de respecter ce statut et ne pas d'interférer dans une relation aussi belle et profonde que celles qu'ils entretenaient. Mais la moitié de ses pensées aller complètement à l'encontre de ce qui était supposé être juste. « Oh ne t'embête pas, je vais prendre la même chose que toi ! » Il avait envie de découvrir ses goûts, en apprendre plus sur lui, en réalité il voulait être celui qui le connaîtrait et cela mieux que personne. James le suivis d'un pas lent et vint s'accouder alors sur le bar, regardant alors Adriel droit dans les yeux. Il avait l'impression que quelque chose avait changé chez lui, dans son comportement... Est-ce qu'il était lui aussi nerveux ? Non... Impossible... Les minutes avaient passés et James se rendit compte du petit moment de gêne qu'il venait d'installer. « Hm... Alors, j'ai entendu des petites rumeurs sur ta promotion ? Félicitations ! » lui dit-il en venant se racler la gorge à plusieurs reprises et en lui gratifiant son plus beau sourire. « Tu as besoin d'aide pour quelque chose ? » James détourna le regard, mais tout semblait parfaitement prêt ce qui fit doucement rire le chirurgien. Cette soirée était vraiment parfaite, et elle ne faisait que commencer.



(c) plùm
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

A dinner for two. | ft. James Wood Empty
Re: A dinner for two. | ft. James Wood

Revenir en haut Aller en bas
 

A dinner for two. | ft. James Wood

Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beyond Belief :: Habitations-
Sauter vers: